L’ARTHROSE ET LA NATUROPATHIE

Concrètement, à ce que l’on pourrait croire, l’arthrose ne touche pas que les personnes de plus de 60 ans. Cette pathologie peut s’inviter chez les personnes à partir de 40 ans. Et, malheureusement, si nous ne touchons pas à l’équilibre acido-basique de votre corps, rien n’y pourra.

Qu’est-ce que l’arthrose ?

L’arthrose est une maladie inflammatoire pouvant se dégrader sur plusieurs stades.

Cette pathologie va se déclarer au niveau du cartilage des articulations. Donc, quand nous disons arthrose, nous devrions mettre un (s) :

Arthrose de l’épaule, arthrose du cou, arthrose des mains, …

Si nous décomposons, le mot arthrose, nous retrouvons arthron (articulations) et ose : dégénérescence.

L’arthrose est liée à la fatigue des chondrocytes qui assure le renouvellement du cartilage. Les chondrocytes vont s’énerver et entraîner une inflammation.

Elle se traduit par des rougeurs, une augmentation de la chaleur locale, des œdèmes et des douleurs. Ces réactions sont dues à la première lignée de défense de l’organisme. Ensuite en deuxième lignée de défense, (dans le système immunitaire innée) vont agir les cytokines parmi d’autres intervenants qui entraîneront aussi une inflammation. Et le cercle vicieux se déclenche.

Le corps recherche à consolider ses os mais l’arthrose est une maladie déformante. Quand il y a reconstruction, une malformation se génère et peut provoquer comme des becs des perroquets, des déformations de doigt (…) et ainsi induire, encore, une inflammation. Et, ainsi de suite.

Comment se déclenche-t-elle ?

Pour comprendre l’installation de l’arthrose ; il faut comprendre comment l’inflammation s’instaure dans notre corps.

D’ailleurs, plusieurs raisons peuvent être possible :

L’alimentation transgénique ou trop riche : en graisse saturée, en sucre rapide, en protéines animales, en gluten ou en lactose.

Le sport à haut niveau trop fréquent, trop long, ou commencé trop jeune avec des articulations en phase de croissance ou déjà affaiblies qui entraîne des traumatismes produisant une altération du cartilage.

Le stress joue aussi un rôle dans l’arthrose. Il amène une acidification de notre corps et de ce fait une inflammation apparaît et les cytokines rentrent à nouveau en jeu.

L’encrassement de nos émonctoires par des produits non reconnus par notre corps. Notre organisme est conçu afin de reconnaître des aliments basiques et surtout non transformés par l’homme, que ce soit par les ondes (micro-ondes) ou par des produits chimiques (les additifs). Mais aussi, les drogues, la cigarette, …

Ces produits non reconnus se transforment en acide !

Le dérèglement du système immunitaire peut aussi être un déclencheur. Le système de défense de première ligne (la peau, la muqueuse, …) et de la seconde ligne de défense (ex : cytokines) peuvent être désorganisée et entrainer une inflammation.

Le dérèglement hormonal, plus exactement la ménopause, provoque aussi de l’arthrose. Au niveau du système hormonal « complet » féminin, les femmes sont dotées d’œstrogènes et de progestérones. Mais, à la ménopause, l’œstrogène est de moins en moins produit jusqu’à ne plus en avoir.

Pourtant, cette hormone joue un rôle sur la sensibilité de la douleur et surtout celle des articulations.

Quelles en sont les complications ?

Stade 1 : le Ramollissement du cartilage

Stade 2 : Apparition des fissures superficielles cartilagineuses

Stade3 : Apparition de fissures profondes ou détachement d’un fragment de cartilage

Stade 4 : Ulcération avec mise à nu de l’os situé sous le cartilage (l’os sous-chondral).

Comment traiter ou amoindrir les symptômes de l’arthrose ?

Vous l’avez compris, l’arthrose est une histoire d’acidification de notre organisme. Et, changez la façon de nous nourrir va changer ça.

L’alimentation est une grande aide pour soulager l’arthrose, voir la prioritaire.

Voici quelques aliments à ajouter dans son alimentation :

Les fruits et les légumes colorés sont nos alliés. Ils seront bénéfiques à réduire les raideurs de l’arthrose. Les crucifères et surtout le chou rouge sont pourvus de sulforaphane agissant sur les chondrocytes.

Au sujet des fruits, les meilleurs pour cette pathologie sont les baies et les fruits rouges. Ils ont un pouvoir anti-oxydant, comme d’ailleurs la pomme, les pruneaux et le raisin noir.

Il faut aussi agir en consommant du bon gras, c’est-à-dire des huiles de colza, de chanvre, des poissons et des oléagineux qui contiennent des oméga 3 et 6 afin de rendre l’organisme en meilleure santé.

Les protéines végétales associés aux céréales est une bonne association pour apporter tous les acides aminés dont a besoin notre corps.

D’ailleurs, l’aliment contenant le plus d’acides aminés est l’œuf, de plus si vous le prenez bio, il est recommandé de consommer la coquille d’œuf (broyée). Celle-ci vous apportera de la glucosamine et la chondroïtine qui agira sur votre mobilité articulaire.

Toutefois, si vous aimez la viande. Préférez la viande blanche à la viande rouge.

Restons dans la cuisine et voyons l’utilisation des épices et des condiments.

Il est conseillé de râper du curcuma frais, de le mélanger avec un corps gras et du poivre noir afin que sa biodisponibilité soit à son maximum. Le gingembre comme le curcuma est aussi un anti-inflammatoire, tout comme l’aïl.

Quant aux aliments à supprimer.

Il y a le gluten qui produit une colle dans les intestins.

Rappelons la règle SABOE ! (Seigle, avoine, blé, orge et épeautre) et le lait lié à son lactose.

Rappelons d’ailleurs que oui, il est conseillé que consommer du calcium est bénéfique à la santé, mais non ! le lait n’est pas le seul aliment nous en procurant. Pour info : 100 Grs de choux équivaut en calcium à 1 verre de lait.

En dernier lieu, il faut savoir que cuire les aliments à haute température fait perdre toutes les vitamines des légumes. Il est donc préférable de privilégier la cuisson à basse température.

Le sport est aussi nécessaire à la relance du liquide synoviale par une pratique douce et en ligne droite (ex : natation)

Quel complément alimentaire prendre ?

Le complément alimentaire le plus connu est celui qui est composé de chondroïtine et de glucosamine. La glucosamine et la chondroïtine sont des micronutriments naturellement présents dans l’organisme et nécessaires à la bonne flexibilité des articulations et à la mobilité des cartilages.

Associé avec l’Aloe Vera qui va stimuler le métabolisme, aider les défenses naturelles et accroitre la résistance à la charge physique, l’efficacité sera d’autant plus grande et rapide.

D’autres plantes sont aussi efficaces comme l’harpagophytum (baisse les cytokines), la prêle, le cassis, la reine des près, le saule blanc et le bambou.

L’harpagophytum, la reine des près, le cassis et le saule blanc sont anti-inflammatoires et la prêle ou le bambou procurent de la mobilité.

Toutefois, il faut faire attention, la reine des prés et le saule blanc ont comme principe actif un composé salicylé : « l’aspirine ».

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.