Un système immunitaire fort contre la Covid

Aujourd’hui, après être passée par des confinements, une instauration du pass sanitaire dans un temps limité et bien sûr la « vaccination », le coronavirus circule toujours !

Nous observons par les médias télévisés ou écrit, le nombre d’admis en hospitalisation ou le nombre de mort par jour liés au coronavirus. Ces informations nous transmettent la peur ! Et la peur nous diminue notre vitalité.

Dans cet article, je vous propose une méthode naturelle dans le but de rendre votre système immunitaire fort face à la covid-19.

Renforcer votre système immunitaire

Au commencement, il y a des astuces très simple à mettre en place. Ces actions vont servir à ne pas affaiblir votre système immunitaire. Et un des premiers actes : déstresser !!! Prenez le temps de vivre, prenez le temps d’être dans la plénitude et d’écouter le silence !

La deuxième étape est de contrôler l’état de votre microbiote, des cellules intestinales mal positionnées empêchent une bonne assimilation de bons nutriments et un état de santé correct.

Et une dernière étape, la respiration ! la respiration ! et la respiration. Pensez à respirer par le ventre et non pas par le haut du haut du corps. La respiration ventrale permet de calmer votre stress et d’oxygéner correctement tous les organes de votre corps.

Gérer son stress face au coronavirus

Le stress est une agression de l’organisme par un agent physique, psychique et/ou émotionnel entraînant un déséquilibre. Ce déséquilibre est compensé par un travail d’adaptation à longue durée par votre organisme et vous fatiguant.

Imaginez à ce moment, un mammouth vous courant derrière !!! Oui, je sais, vous allez me dire qu’il y en a plus en 2021 !!! Mais l’image est très vite compréhensible…Non ?!

Et ! bien ce mammouth vous coursant (à longueur de journée) fatiguera votre système immunitaire.

D’ailleurs, des chercheurs ont trouvé une corrélation biologique entre le stress et les récepteurs de l’adrénaline et de la noradrénaline (les hormones du stress). Si ces récepteurs sont trop utilisés (=trop de stress), les hormones du stress se lieront aux récepteurs et baisseront l’action du système immunitaire se situant dans le microbiote intestinal.

Fortifier votre microbiote intestinal

Le microbiote fait partie du système gastro-intestinal. Il est composé que de bonnes bactéries quand il y a un bon équilibre et elles vivent en symbiose, c’est-à dire en accord avec notre corps. D’ailleurs, cette dernière étant correcte permet de maintenir l’organisme en bonne santé.

D’ailleurs beaucoup de maladies partent d’un microbiote en « désordre » !

Le stress, un ou plusieurs facteurs externes (stress, malbouffe, pesticides, abus de médicaments, …) entraine une dysbiose intestinale.

Cela peut causer un dérèglement au niveau des globules blancs (dédies à la défense immunitaire).

C’est pour cela qu’il est important en premier lieu de se nourrir correctement, de gérer son stress par exemple avec la cohérence cardiaque, de la sophrologie ou tout simplement en faisant du sport (= défouloir).

De l’énergie et la covid

Alors, je vous rassure, je ne vais pas vous dire de vous brancher sur secteur !!!

Mais plutôt de faire le nécessaire pour que les cellules de l’énergie soient en bonne forme. Celles-ci se prénomment « les mitochondries ». C’est grâce à elles (entre autres) que la première ligne de défense fonctionne.

Mais, comment fait-on pour les maintenir en bonne configuration ?

Eh ! bien, je vous le dirai dans le prochain paragraphe …

Les compléments alimentaires et la covid

Reparlons des mitochondries (ou centrale à énergie).

Celles-ci vont s’oxyder et par ce fait ne plus fonctionner correctement s’il manque du glutathion. Le glutathion est un acide aminé stocké en grande quantité par les enfants. C’est d’ailleurs pour cela, que la gravité de la covid chez les bambins et adolescent est moindre.

Le glutathion est le roi des anti-oxydants et donne de la force aux mitochondries. Par ce fait, qui de plus est, de la force aussi à nos soldats défendant nos bronches.

Ensuite, une fois que vous avez fait le contrôle de votre microbiote et si votre naturopathe vous signale un dérèglement intestinal (ou une dysbiose), il sera nécessaire de procéder à une cicatrisation de votre flore intestinale et à un ré-encensement de bonnes bactéries par des probiotiques.

Toujours en prévention, il sera nécessaire de prendre du Zinc. Le zinc va servir à réguler la réponse inflammatoire en réduisant la production d’oxydation et activant l’activité des macrophages (petites cellules gobant les micro-organismes pathogènes ou les virus afin de les détruire).

Et le dernier pour la route, est la vitamine D. Nous avons tous besoin de vitamine D. Celle-ci joue le rôle dans les barrières de défense et régule la force de réponse de nos deuxièmes systèmes de défenses, le spécifique.

Vous souhaitez renforcer vos défenses immunitaires, ou tout simplement ne pas contracter le coronavirus.

 N’hésitez pas !!! Vous avez la possibilité de me joindre par téléphone (je serai disponible et à votre écoute) ou par doctolib.

LE SUCRE, CE DOUX ACIDIFIANT !

En 1850, la consommation de sucre était de 1kg par personne et par an. En 1960, la vente du sucre s’élevait à 32 kg et en 2017 à 33 kg par personne et par an. Ce qui revient à une consommation de 3 kg de sucre par jour et par mois.

Dans ces 35 kg, seul 10% sont sous la forme de « sucre en bouche ». Mais celle-ci ne reflète pas tous les aliments sucrés que nous mangeons.

Mais où sont passés les 90% restants ? Les sucres cachés ! Ceux qui acidifie notre organisme en faisant pencher l’équilibre acido-basique ou énerve nos enfants TDAH.

COMMENT DECELER LE SUCRE CACHE ?

Le sucre se trouve dans les aliments mais aussi dans les boissons.

Les industriels alimentaires afin de remplacer les additifs chimiques utilise le sucre. Mais était-ce une meilleure action ?

De plus, les industries chimiques et du médicament utilisent aussi le sucre. Par exemple, ne trouvez-vous pas les sirops pour vos enfants, trop sucrés ?

Le sucre ajouté se trouve aussi dans les pâtisseries, les desserts (lactés), les glaces et les gâteaux secs. Mais, il y a aussi l’alcool, les sirops, les jus de fruits, … qui en sont pourvus.

Un dernier sucre est à connaitre, celui des féculents comme l’amidon des pommes de terre, des pâtes et de la pâte à gâteaux (ou tartes).

QU’EST-CE QUE LE SUCRE ?

Avant d’annoncer quelques sucres existants, il faut tout d’abord savoir que le sucre est un glucide. Celui-ci est composé de carbones, d’hydrogène et d’oxygène.

Les glucides se divisent en plusieurs classes : les oses, les diosides et les polymères de glucose (plus de 2 osides).

LES DIFFERENTS SUCRES

Ils sont nombreux dont le saccharose.

 Le sucre en poudre ou saccharose est un dioside (2 molécules de glucose).

Le sucre blanc ou le sucre roux provenant de la betterave sucrière (96%) ou de la canne à sucre (4%) sont des saccharoses.

Ces 2 sucres sont doux en bouche, réhausse le goût des fruits, rentre dans la composition des gâteaux, édulcore les yaourts, …Mais sont néfaste à notre santé.

De plus ! Il y a sucre roux et sucre roux !!! Le vrai sucre roux est naturellement brun.

Le caramel peut être rajouté à votre sucre blanc (en morceaux ou en poudre), cette étape est faite afin de lui donner la couleur brune, typique du sucre roux.

Le sucre de canne complet ou Rapadura.

Traditionnellement, ce sucre est obtenu par évaporation du jus de canne à sucre, au soleil. Aujourd’hui, cette opération est très longue, par ce fait ce jus de canne est chauffé à haute température afin de réduire le temps d’évaporation.

Mais cette opération diminue la quantité de minéraux, toutefois quelques-uns ont résistés comme le potassium, le calcium, le magnésium, les vitamines B …

Le miel

Le miel est obtenu par la transformation du nectar.
Il est considéré comme un alicament. Il a effectivement des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, antibactériennes et antibiotiques.

Tous ces glucides (sucres) sont bons en bouche mais ont malheureusement un indice glycémique haut.

Rassurez-vous ! Le sucre de coco est une alternative !

Le sucre de coco provient de la sève des fleurs de cocotier.

Pour récolter sa sève, un récipient est placé sous la fleur et ensuite cette dernière est secouée. Une fois la sève recueillie, elle est chauffée afin d’évaporer son eau pour obtenir un liquide concentré. Le sirop de coco !

Enfin, pour obtenir le sucre de coco cristallisé, le sirop subit un frottement.

Heureusement, cet aliment à un indice glycémique de 24,5 et contient de nombreux nutriments (vit B, C, Potassium, …).

QU’EST-CE QUE L’INDICE GLYCEMIQUE ?

L’indice glycémique permet de comparer, des aliments qui renferment le même poids de glucide, en fonction de leur capacité à élever le taux de sucre dans le sang (glycémie).

Cette entrée massive de glycémie (haute) dans le corps déclenche la libération de l’insuline dans le sang. Là, une hypoglycémie en résulte et le cortisol fait son entrée. Ce dernier peut entrainer une inflammation et par conséquence une acidification de notre organisme.

Pour résumé, au moment du choix de vos aliments pendant vos courses, lisez les étiquettes d’ingrédients, ou quand vous faites des pâtisseries, préférez le sucre de coco. Si vous êtes diabétiques, que vous souhaitez perdre du poids ou tout simplement améliorez votre santé grâce à une alimentation saine et/ou dépourvue de sucre. N’hésitez à pas prendre contact avec moi ou réservez un rendez-vous sur Doctolib.

LE SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES (SOPK) ET LA NATUROPATHIE

Vous êtes au moment, où votre horloge biologique vous fait un appel du pied pour être maman. Mais, voilà, après plusieurs essais non fluctuants, vous décidez de voir votre gynécologue. Et là, le verdict tombe : vous souffrez du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).

Peut-être un problème d’hormones, de poids ou biologiques ?

Qu’est-ce le syndrome des ovaires polykystiques ?

C’est un trouble endocrino-métabolique très répandu chez les femmes en âge de procréer . C’est la principale cause d’infertilité et d’absence d’ovulation.

Ce syndrome peut être bénin (par son faible degré) comme important. Il peut être détecté par le gynécologue en cas de grossesse attendue mais aussi fortuitement par un examen de routine.

Comment déceler le SOPK ?

L’hirsutisme, l’acné, des cycles irréguliers et longs, la chute de cheveux, … sont des« signes » concomitants pour détecter le syndrome des ovaires polykystiques.

Ces signes sont la démonstration d’une grande production d’hormone androgène, les hormones males qui bloquent la maturation des follicules en ovocytes.

A ce moment, pour vérification et si le diagnostic s’avère correct, une échographie révélera des kystes dans vos ovaires. Qui n’en sont pas réellement !

En fait, ces kystes sont des follicules arrivant en grands nombres (au moins 20), immatures et sans ordre.

Quelles sont les causes du Syndrome des Ovaires Polykystiques (sopk)?

Il s’avère que plusieurs causes mènent à la piste de ce syndrome, comme un dérèglement hormonal (surproduction hormone mâle), une résistance à l’insuline, un hyperinsulinisme ou un IMC important (obésité).

D’ailleurs, le côté épigénétique acquis au cours de la vie (la nutrition et le mode de vie) joue aussi un rôle dans ce symptôme.

Comment agir sur les causes du SOPK ?

Avant de vous lancer dans les opérations intrusives, des méthodes naturelles vous aideront et les bénéfices seront au rendez-vous. Mais comme tout prise en charge naturelle, celle-ci sera longue.

Voici quelques conseils pouvant déjà vous aider.

Revoir son alimentation

L’IMC élevé. est une des causes de ce syndrome. Il faut donc revoir l’hygiène alimentaire de la femme afin de faire baisser son poids.

Ce dernier trop important entraîne une inflammation dans le corps provoquant des difficultés à concevoir.

Equilibrer la balance hormonale

La régulation entre les hormones féminines (LH et FSH) et mâles (hormone androgénique) est à contrôler. Cet examen est nécessaire afin d’instaurer par la phytothérapie des plantes capables d’entrainer la maturation d’un follicule en agissant sur la progestérone.

Gérer le stress

Comme j’en parle dans mon article, sur le syndrome prémenstruel, le stress désorganise votre système hormonal par cascade et affaiblit la protection de vos cellules. De plus, le stress provoque une production de cortisol déréglant la balance hormonale et entraine une inflammation.

Avoir un bon sommeil

Toujours au niveau des hormones, la leptine est aussi responsable du gain de poids. Cette leptine suit un cercle vicieux car elle est stockée dans les cellules adipeuses, et c’est cette hormone qui nous donne faim.

Mais avoir un sommeil d’au moins 8 heures (la normale) et sans réveil nocturne normalise (en partie) le taux de leptine.

Eviter les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont reconnues comme nos hormones par notre corps alors qu’elles sont des molécules extérieures. En les ingérant, ceux-ci vont interférer dans le bon fonctionnement du système hormonal et provoquer à la longue des effets néfastes pour notre corps, comme l’infertilité, la puberté précoce, le SOPK, …

Ces perturbateurs se trouvent dans les emballages plastiques, les textiles, les produits cosmétiques, …

***************

Vous souffrez de ce symptôme ou de toutes autres problèmes féminins, je suis formée pour accompagner les femmes de tout âge (règles douloureuses, endométriose, fibrome, SOPK, grossesse, ménopause, ostéoporose)

Alors, prenez contact avec moi

LA VITAMINE D ET LE CORONAVIRUS

Plusieurs pays dont la Norvège, l’Espagne, l’Angleterre ont fait des recherches sur le pouvoir de la vitamine D et le coronavirus. Plus de 70.000 volontaires se sont portés volontaires pour tester l’efficacité de… l’huile de foie de morue, (riche en vitamine D) à l’hôpital d’Oslo, des travaux ont été édités sur le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism en Espagne et l’Angleterre envisage de distribuer de la vitamine D à 2 millions d’habitants.

Et la France … Eh ! bien, le docteur Jean Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS de Marseille et docteur en biochimie, a publié plusieurs articles sur les effets la vitamine D sur le coronavirus.

Comment se procurer naturellement de la vitamine D ?

Par l’alimentation (10 à 20%) et surtout par la biosynthèse cutanée sous l’effet des rayons du soleil (~ 80%).

Cette vitamine D est aussi appelée « vitamine soleil » suite à la synthèse qui se fait avec le soleil ou plus scientifiquement : Calciférol. Mais elle a aussi d’autres noms qui la caractérise, tout dépend de sa source.

Si la source vient d’un animal, celle-ci prendra le nom de Cholécalciférol (ou vitamine D3). Si la source vient d’un végétal, la vitamine D prendra le nom d’ergocalciférol.

Nous n’avons pas de vitamine D2 dans notre corps. Mais apportée par l’alimentation (champignons, céréales et levures) et ingérée dans notre corps, celle-ci se transforme en vitamine D3 dans les couches profondes de notre peau grâce aux rayons ultra-violets du soleil.

Et la meilleure, pour nous, est la vitamine D3 !  Le cholécalciférol ! Si vous regardez l’étymologie du mot, nous retrouvons « cholé ». Petit mémo-technique : « cholé » pour cholé-stérol, qui celui-ci est nécessaire à l’absorption de cette vitamine dans notre organisme. Le cholestérol en bon équilibre est bon et nécessaire à notre santé (ex : le système hormonal)

La source alimentaire de la vitamine D3 est animale, la plus connue est bien sûr l’huile de foie de morue (250 000 UI dans une cuillère à café). Mais, rassurez-vous d’autres aliments comme le saumon, le maquereau, la sardine, les œufs en sont pourvus. Et celle-ci nous ai apporté directement transformée.

Quelles sont les propriétés de la vitamine D ?

La vitamine D intervient dans l’absorption du calcium et du phosphore par les intestins, ainsi que dans leur réabsorption par les reins.

Cette vitamine soleil intervient dans la minéralisation osseuse du squelette et des articulations, ainsi que sur la tonicité musculaire.

Elle prévient la décalcification osseuse, l’ostéoporose, le rachitisme  et aide à diminuer le risque d’hypertension artérielle.

La vitamine D protégerait de certains cancers ;

Mais surtout, elle a une action stimulante pour le système immunitaire. Elle est donc nécessaire pour toutes maladies hivernales ou non et même contre le coronavirus.

De plus, la vitamine D aurait une action sur la réparation de l’ADN.

Pour finir,  pour améliorer son action, il sera bon d’associer des aliments contenant de la vitamine A, C ainsi que du calcium et du phosphore.

Comment fixer la vitamine D dans notre organisme ?

Le soleil !

Les personnes d’un certains âges disent que ça fait du bien à leurs os. Eh ! bien, ils n’ont pas tort !!!

Le soleil va aider à la production de la calcitonine et donc à la reminéralisation osseuse.

Mais avant toute chose, il faut connaitre quelques règles à respecter pour que les rayons ultra-violets soient bénéfiques et non néfaste par une trop grande exposition.

Pour une meilleure préparation à l’exposition solaire, il est recommandé de préparer votre peau avec une alimentation pourvue de vitamine A (huile foie de morue), C (kiwis, fruits rouges), E (huiles de colza, fruits oléagineux) et antioxydantes (gingembre, pommes).

Il est conseillé de s’exposer pas plus de 15 minutes par jour et de préférence entre 13h et 15 heures. Vous allez dire, « oui mais ce sont les heures ou le soleil est le plus fort ! ». Oui, effectivement, mais si vous restez ce petit temps conseillé, pas de risque !

De plus, la crème solaire est déconseillée (je vous rappelle que vous restez sous le soleil environ 15 minutes) car elle diminuera l’entrée des ultra-violets dans votre peau.

Un dernier conseil, les jambes ou les bras nus suffisent à capter la quantité nécessaire de rayons ultra-violet afin de fixer la vitamine D dans notre organisme.

Pas besoin de faire un bronzage intégral !!!

Quelle supplémentation prendre en vitamine D ?

Si notre alimentation en poissons s’amoindrit suite aux saisons et que le soleil caché de novembre à mars nous fait défaut. A ce moment, la supplémentation est la bienvenue.

Le dosage de la vitamine D sera à déterminer avec votre naturopathe car cela dépendra de votre état de santé.

Quelles sont les effets d’un surdosage de la vitamine D ?

La vitamine D est effectivement nécessaire à notre bonne santé comme tout aliment et toute hygiène de vie. Tout est une question d’équilibre et de bon dosage.

C’est pour cela qu’il ne faut pas dépasser la dose de 20 OOO UI (unité international) par jour sur une longue période. Sachant que 1 microgramme de vitamine D équivaut à 40 000 UI.

Quand la dose est dépassée, des signes cliniques apparaissent comme une soif inhabituelle, une sensibilité des yeux, des démangeaisons, des vomissements, de la diarrhée, des envies pressantes d’uriner, des dépôts calciques anormaux dans les vaisseaux sanguins, le foie, les poumons, les reins et l’estomac.

SE SOULAGER LES REGLES DOULOUREUSES AVEC LA NATUROPATHIE

Pendant vos règles, vous souffrez de crampes, de ballonnements, de nausées, de vomissements, voir des vertiges. Ces manifestations peuvent venir d’un dérèglement hormonal et la naturopathie est d’une grande efficacité pour enrayer ce problème.

Les femmes ne sont pas linéaires car en plus d’avoir leurs émotions, elles ont leurs hormones qui les fait : ETRE !

Mais il faut aussi apprivoiser ces hormones, pour qu’elles soient tranquilles et de ce fait soulager les règles douloureuses.

RAPPEL SUR L’ANATOMIE FEMININE

Progestérone : hormone et santé naturelle

Le cycle féminin commence le premier jour des règles par une phase oestrogénique qui est gérée par l’hormone FSH (hormone folliculostimulante) et se termine au 14 -ème jour, là où se produit le pic de LH (Leasing hormone). Ce fameux pic indique le jour J de l’ovulation. Cette étape va aussi signer l’arrêt de la phase pré ovulatoire.

Au 15 -ème jour, la phase post ovulatoire va démarrer par une production de LH fabriquent de la progestérone nécessaire à une future grossesse.

Si toutefois, il n’y a pas grossesse, de nouvelles menstruations font leurs apparitions. Et le cycle recommence.

LA SOURCE DES REGLES DOULOUREUSES

Les règles douloureuses comme pour le syndrome prémenstruel est causé par un déséquilibre hormonal, entre l’œstrogène et la progestérone. Il y a un excès d’œstrogène!

Remède naturel pour le déséquilibre hormonal

A ce moment ce surplus d’œstrogène peut provoquer de l’irritabilité, des insuffisances veineuses et/ou de la rétention d’eau. C’est cet dernier désagrément qui provoque une congestion au niveau du bas ventre : les crampes.

LA NATUROPATHIE ET LES REGLES DOULOUREUSES

La naturopathie a pour rôle de voir de façon holistique une personne. De cette manière, le naturopathe considère pendant le bilan vital de la consultante s’il y inflammation et/ou crampes, si les cycles sont réguliers et les signes androgéniques présents.

Comme en premier lieu et à chaque fois, l’état des émonctoires de la personne ont de grandes chances d’être encrassées. Afin d’éliminer leurs toxines, il est nécessaire d’avoir un foie en bon état de fonctionnement.

Le foie

Précédemment dit, il y a présence d’un excès oestrogénique (l’estradiol).

IL faut l’éliminer, vous allez me dire !

Eh ! bien, le foie a, entre autres, le rôle de capter et éliminer de notre organisme les toxines ou les trop pleins hormonaux (comme l’estradiol).

 Le microbiote

La flore intestinale joue aussi un rôle important !

Au début de l’article, sur l’anatomie féminine, il était question d’hormones (l’œstrogène et la progestérone). En complément avec le travail du foie (détoxification), le microbiote va jouer son rôle dans l’élimination du surplus de l’estradiol, dans l’organisme.

L’hygiène alimentaire

Une fois de plus, il faut faire attention à votre alimentation. Il y a 2 catégories d’aliments, les acidifiants et les basifiants. Là, tout est encore une question d’homéostasie (équilibre).

Attention : L’alimentation saine est pourvue de micro-nutriments nécessaire à la bonne santé de l’organisme mais certains aliments sont pro-inflammatoires comme l’huile de tournesol.

Le stress

Il est aussi une des grandes causes à la douleur des règles. Celui-ci durant une longue période entraîne une production de cortisol. Celui-ci dérèglera le système hormonal. A ce moment, il est bon de pratique une activité sportive, du yoga, de la méditation, de la cohérence cardiaque …afin d’éliminer le stress, les tensions et nous détoxiquer.

La phytothérapie

Les plantes sont de bons alliés pour rééquilibrer la balance hormonale, diminuer les inflammations et/ou les douleurs.

Pour cela, le framboisier en gemmothérapie est LA plante de la femme, le curcuma pour les inflammations et la mélisse pour les douleurs spasmodiques.

LE SYNDROME PRÉMENSTRUEL ET LA NATUROPATHIE

Quand les menstruations vont arriver, certaines femmes ne sont pas dans leurs assiettes. Les hommes nous disent qu’on est de mauvaises humeurs ou « ça y est, tu vas avoir tes règles ». Comme si forcément, les douleurs physiques ou psychiques étaient forcément liées à nos règles.

Rassurez-vous messieurs ! La naturopathie accompagne les femmes dans leurs troubles féminins tels que le syndrome prémenstruel.

MAIS QUESAKO LE SYNDROME PRÉMENSTRUEL OU SPM ?

Ce syndrome est un ensemble de manifestations congestives et œdémateuses additionnés à des troubles plus ou moins graves de l’humeur.

Rappelons que les femmes sont cycliques donc ces symptômes ne se présentent pas tous les jours. Ouf ! Heureusement pour nous. Dans un cycle « normal » de 28 jours, ces symptômes peuvent apparaître 2 à 7 jours avant les règles (parfois jusqu’à 14 jours).

En général, ces symptômes disparaissent à l’arrivée des règles.

QUELS SONT LES CAUSES DU SYNDROME PRÉMENSTRUEL ?

Les causes sont dues à un déséquilibre de la balance hormonale. Chaque femme doit être équilibré au niveau de la sécrétion de l’œstrogène et de la progestérone. Ce déséquilibre + une fluctuation hormonale engendrera un syndrome prémenstruel.

Cette réponse anormale est déclenchée par une alimentation inadéquate (lait de vache, viande, sucre raffiné) c’est-à-dire n’apportant pas suffisamment en oligo-éléments et, en excès d’excitants comme le sucre, la caféine et l’alcool.

Parmi les facteurs favorisant le syndrome prémenstruel, le stress est aussi une cause importante, surtout vers l’âge de 30 à 40 ans.

Le manque d’activité physique est aussi défavorisant pour le déséquilibre hormonal. Pour cela, il est bien de pratiquer du sport.

QUELLES SONT LES SYMPTÔMES DE CE TROUBLE ?

Les symptômes les plus fréquemment relatés sont les céphalées, la mastodynie (seins douloureux), les ballonnements, les troubles circulatoire, les mycoses ou des infections urinaires.

Comme précédemment écrit dans les causes, les hormones sont touchées ! A ce moment, la femme peut être soit en manque de sérotonine soit en manque de catécholamine. Ce qui se traduit soit par de l’irritabilité, de l’agressivité ou alors la survenue d’idée noire ou de la tristesse.

COMMENT AGIR SUR LES CAUSES DU SYMPTÔME PRÉMENSTRUEL  ?

 REVOIR SON ALIMENTATION

Afin de repartir sur de bonne base, il est conseillé de détoxifier le foie. Après cette détoxification, il est nécessaire de changer son alimentation.

En tout premier lieu, pensez à éliminer les produits transformés ou ultra-transformés. Supprimez le sucre raffiné et le gluten.

Il faut aussi stopper le tabac et diminuer au maximum l’alcool.

Par contre, afin d’apporter le nécessaire à votre organisme, il est bon de consommer des aliments équilibrés en oméga 3 et 6 : petits poissons des mers sauvage, huile de colza à 1ere pression à froid et les œufs et les noix pour les omégas 3.

Il est aussi nécessaire d’éviter les eaux de robinets (résidus pilules dans eau) et les aliments non-organiques (fait à partir de la chimie à ex : cordon bleu).

Il est aussi nécessaire d’avoir une bonne flore intestinale car celle-ci peut se retrouver « mélangée » à la flore vaginale. Pour cela, pensez à bien vous hydratez et à manger des fibres et des aliments nourrissant correctement votre microbiote intestinal afin qu’il n’affecte pas le microbiote vaginal.

SE SUPPLÉMENTER EN PHYTOTHÉRAPIE

En plus de l’alimentation, les plantes sont d’une grande aide, conseillée personnellement et suivant les troubles se présentant dans le syndrome prémenstruel.

Le naturopathe après un bilan vital va déterminer la plante nécessaire au cas par cas. Il va déterminer s’il y a une hyper-estrogénie, de la rétention d’eau, des troubles circulatoires, de l’acné, des mastoses, des terrains inflammatoires, …

Dans ces cas, la vigne rouge, l’artichaut et le radis noir, la bardane, le gattilier et d’autres plantes spécifiques peuvent être conseillées. De façon aussi naturelle, la boisson aloé Vera cranberries peut aider.

L’ACTIVITÉ SPORTIVE

On ne le redira jamais assez, le sport est nécessaire !

Effectivement, l’activité physique va jouer un rôle dans la régulation du système hormonale. C’est pour cela, qu’il est nécessaire de bouger. Marcher, nager, promener le chien, courir pour le plaisir, … Pendant minimum ½ heure ,3 fois par jour.

GÉRER LE STRESS

Le stress désorganise votre système hormonal par cascade et affaiblit la protection de vos cellules. Il est donc aussi nécessaire d’agir à ce niveau. La cohérence cardiaque, le développement personnel et la phytothérapie fonctionnent très bien.

Si vous souffrez de ce symptôme, je suis spécialisée pour la santé féminine de l’adolescence et la ménopause.

LA COVID-19 ou la sortie du confinement

Aujourd’hui, nous sommes en zone verte dans la période 1 de l’après-confinement, mais celle-ci ne veut pas forcément signifier que tout est fini. Oui, c’est un virus qui s’affaiblit de jour en jour et oui, les personnes les plus fragiles : sont une meilleure cible pour ce virus.

RAPPELONS CE QU’EST LE CORONAVIRUS :

Le coronavirus est comme son nom l’indique : un virus.

Il va préférer s’installer au niveau de la zone broncho-pulmonaire pour se transmettre d’une personne à une autre (ex : éternuement). Cette contamination se fait par le contact étroit entre une personne contaminée et une personne saine. Elle peut se faire dans un foyer, en regroupements d’amis (ou non), sur un lieu de travail ou dans un établissement de santé.

Comme nous avons aussi été « martelé » par les informations et les spots à la télévision, plusieurs symptômes font comprendre, qu’il y a peut-être contamination. Ces symptômes les plus courants sont : les troubles respiratoires, la fièvre, la toux, l’essoufflement et des difficultés respiratoires. Là est le cas de la maladie, le plus facilement soignable.

Les cas les plus difficiles sont où il y a une pneumonie entraînée par une infection, un syndrome respiratoire aigu sévère ou une insuffisance rénale .

QU’EST-CE QU’UN VIRUS ?

Un virus est une entité très petite, impossible à voir au microscope électronique. Il ne possède qu’un seul type d’acide nucléique : l’acide désoxyribonucléique (ADN) ou l’acide ribonucléique (ARN) qui constitue l’ensemble des chromosomes et des gènes d’un individu.

Et justement, le virus se reproduit grâce à leur matériel génétique et par réplication, pour se reproduire en parasitant nos cellules. Ils sont très fort pour cela.

Il est aussi doté d’une capside protéique en périphérie protégeant son acide nucléique et parfois d’une enveloppe formée de spicules (= petit pics) servant à la fixation.

QU’EST-CE QUE LA NATUROPATHIE PEUT FAIRE ?

La naturopathie peut aider à rebooster les défenses immunitaires de la personne et calmer notre mental qui a été lobotomisé par les médias.

Eh ! oui, les informations, c’est bien, mais à petite dose. L’avalanche d’informations sur la covid, les hospitalisés et les décédés tous les jours ont installé les gens dans une psychose démoralisante voire dépressive.

Alors, voici quelques idées afin d’aller mieux, que ça soit du côté physique que psychique.

GÉRER LE STRESS A LA SORTIE DU CONFINEMENT ?

Il existe une méthode simple et gratuite : la cohérence cardiaque. Le stress est une des grandes causes de l’affaiblissement du système immunitaire.

Effectivement, l’état de stress déclenche la production du cortisol qui lui stimulerait la production de cytokines (cellules défenseurs) et entraînerait des phénomènes inflammatoires chroniques. Et de ce fait, fatiguerait avant l’heure, notre système immunitaire.

Vous n’êtes pas fan de la cohérence cardiaque ! Il y a le Yoga, la méditation de pleine conscience, l’activité physique, les exercices de sophrologie et de relaxation à votre portée!

Si vous désirez en savoir plus sur la cohérence cardiaque, je vous invite à aller voir cet article .

AIDER A OBTENIR UNE BONNE HYGIÈNE DE VIE ?

Une bonne hygiène de vie commence par une bonne alimentation !

Oui, mais quelle alimentation privilégiée ? Tout est encore question d’équilibre acido-basique de notre corps.

Afin de ne pas affaiblir notre organisme par le pouvoir acidifiant de ce que nous mangeons. Il est impératif de consommer beaucoup de légumes et des fruits entiers. La meilleure façon d’améliorer leurs assimilations (surtout les légumes) est de les boire. C’est-à-dire d’en faire des jus à l’extracteur. Il faut aussi évincer au maximum tout produits raffinés, tout produits à base de lait de vache et tout aliments contenant du sucre ajouté. Commencez par cette hygiène alimentaire reboostera la flore intestinale (le microbiote), la flore intestinale a un rôle important pour un système immunitaire, en pleine vitalité et une santé forte.

Toutefois, il y a quelques aliments à privilégier :

Ceux contenant de LA VITAMINE D, comme les poissons gras (saumon, thon, …), les œufs, le foie et les champignons. La vitamine D est reconnue pour ses bienfaits sur notre santé osseuse ainsi que notre système immunitaire.

C’est évidemment le soleil qui principalement permet à note corps de la synthétiser.

Ceux contenant du ZINC comme les fruits, les légumes et les produits de la mer. Le zinc participe au bon fonctionnement du métabolisme digestif, de la préservation de la vue, de l’odorat et du goût et sur la force du système immunitaire.

Ceux contenant du FER. Non ! mangez des boîtes de conserve ne vous apportera pas de fer et contrairement à ce qu’on pourrait croire, les épinards de Popeye ne sont pas plein de fer.

Les aliments en contenant le plus sont : les légumineux, les algues, les légumes et la viande. Ce minéral est nécessaire à la bonne fixation de la vitamine C et B. Mais le fer intervient également dans de nombreuses réactions enzymatiques et favorise les défenses immunitaires.

Ceux contenant les aliments riches en VITAMINE C. La vitamine C est un puissant anti-oxydant, c’est-à-dire qu’elle piège les radicaux libres produits par notre organisme.

Par son action « antivieillissement », la vitamine C a un aussi un rôle dans le bon fonctionnement dans le système immunitaire.

Faites toutefois attention à la cuisson de vos aliments. Privilégiez à la vapeur car l’eau (bouillante) fait perdre la vitamine C ainsi que l’épluchage de certains légumes et fruits.

D’ailleurs cette vitamine se trouve bien évidemment dans l’acérola, dans le cassis, les poivrons rouges et verts, les agrumes et les légumes faisant parti de la famille des choux. (Pas à la crème!!!  )

Bien mangez n’est pas tout ! Une bonne hygiène de vie est aussi liée à un sommeil réparateur.

PROGRAMMER UN BON SOMMEIL PAR LA NATUROPATHIE?

Il sera tout aussi important de dormir suffisamment car c’est pendant le sommeil que le corps se régénère et opère ses fonctions de réparation et de récupération. Une suite d’opérations se met en marche la nuit ; c’est pendant ce temps que nous fabriquons l’hormone de croissance nécessaire au renouvellement cellulaire et au bon développement tissulaire, (en particulier dans les muscles : réserve principale de glutamine) essentielle pour notre immunité.

Pour favoriser ce bon sommeil, il sera intéressant d’identifier les causes d’un mauvais sommeil et d’y remédier.

Mais en attendant, il est tout à fait possible de s’accompagner de fleur de Bach. Il y en a quelques’ unes qui sont intéressantes comme la star de Bethleem, le Rock Rose, le Mimules, le Crab Apple, le Red, …

ACCOMPAGNER AVEC LA PHYTOTHÉRAPIE  POUR LA SORTIE DU CONFINEMENT?

Comme vous l’avez compris depuis le début de l’article, il est important de booster notre système immunitaire. Et la nature peut nous aider !

Une plante est très forte pour cela : l’échinacéa purpura. Cette plante stimule, protège et renforce les défenseurs de notre organisme.

Pour les enfants, le cassis est une bonne alternative car il a meilleur goût.

La phytothérapie aide dans plusieurs domaines comme entre autres le stress, les angoisses ou le sommeil. A ce moment, il est possible de prendre des plantes aux propriétés sédatives et anxiolytiques bien connues, comme la Valériane, la Passiflore mais également l’Escholtzia.

ACCOMPAGNER AVEC LES HUILES ESSENTIELLES ?

Le contact entre nous revient à la normale et peut-être nos habitudes tactiles !

A ce moment, il est recommandé d’utiliser l’huile essentielle de ravintsara par sa formule stimulant le système immunitaire associé au Tea tree. Le Tea tree est un atout : anti-infectieux, antibactérien et immunostimulant. Et si la peur ou le risque d’être contaminé par la covid est fort, vous pouvez rajoutez de l’eucalyptus radié ayant les propriétés anti-infectieuses, antibactérienne et antivirale plus spécifiquement sur les voies aériennes supérieur.

Ces 3 huiles essentielles peuvent être utilisées de différentes manières :

Elles peuvent être diffusées, mis en application sur le thorax ou le bas du dos (endroit très innervé du corps) ou pris par voie orale.

Les huiles essentielles ont des principes actifs puissants, il est donc impératif de demander conseils à votre naturopathe ou aromathérapeute.

VOUS MOTIVER A FAIRE DE L’EXERCICE PHYSIQUE ?

Pourquoi vous motiver pour le sport ?

Le sport exercé de façon modérer est bénéfique pour la santé sur de nombreux points. Tout d’abord sur le sommeil, car l’exercice physique pratiqué régulièrement comme la course à pied, entraîne une sécrétion d’endorphine (hormone antalgique et anxiolytique) et apporte un bénéfice contre l’anxiété, la dépression.

L’activité physique modérée a aussi un impact sur le système immunitaire et plus exactement sur la grande famille des leucocytes (les globules blancs) : les polynucléaires neutrophiles, les monocytes et les lymphocytes. Toutes ces cellules, par le sport modéré vont augmenter en nombre et œuvrer pour défendre notre organisme de toute attaque contre nous.

De plus, plusieurs études confirment l’hypothèse selon laquelle l’exercice modéré exercerait un effet favorable sur l’incidence des infections respiratoires.

LA COHERENCE CARDIAQUE

QU’EST-CE QUE LA COHERENCE CARDIAQUE ?

La cohérence cardiaque est un exercice respiratoire qui deviendra dans le futur, très proche à une respiration quotidienne.

Effectivement, la cohérence cardiaque est une technique simple et extrêmement efficace pour gérer le stress et réguler l’anxiété. Sachant que le stress ou nos états émotionnels sont liés (comme l’alimentation) à notre équilibre acido-basique, il est impératif de maîtriser votre respiration.

La cohérence cardiaque est inventée par monsieur Paul Lehrer en 1992. Ensuite, cette pratique s’est exportée en France par le Dr David Servan-Schreiber, ainsi que le Dr David O’Hare grâce à sa méthodologie du « 365 » et de son livre « maigrir avec la cohérence cardiaque. »

COMMENT FONCTIONNE LA COHERENCE CARDIAQUE ?

La respiration se définit par des échanges gazeux entre les cellules et l’atmosphère.  Le corps humain a besoin d’oxygène mais aussi de rejeter le dioxygène. Et cette action se passe dans le circuit alvéolaire des bronches.

Sachez que la respiration permet l’oxygénation des tissus, l’élimination des gaz carbonique et le maintien du pH à une valeur normale.

Et, c’est pour cela qu’il est important d’apporter une intention particulière sur l’inspiration et l’expiration que nous provoquons en respirant.

La cohérence cardiaque est étroitement liée au système nerveux vagal. Selon la théorie Polyvagale, le nerf vague ventrale sert à la sensation de sécurité et au lien social et le nerf vague dorsale est efficace pour les signaux de danger qui emmène à l’état d’effondrement.

En partant du tronc cérébral, situé dans la base de la tête, le nerf vague part dans 2 directions :

Vers le bas, dans les poumons, le cœur, le diaphragme et l’estomac,

Vers le haut, en se connectant aux nerfs du cou, de la gorge, des yeux et des oreilles.

Le nerf vague se divise en deux parties : la voie vagale ventrale et la voie vagale dorsale

Et par ce fait, l’activité des organes vitaux est améliorée ce qui agira sur le rythme cardiaque, sur la digestion ainsi que le sommeil.

Vous l’avez compris, le nerf vague est un nerf remettant les organes au bon rythme.

Oui, mais comment ?

Eh, bien, il agit sur le système sympathique (système qui déclenche la fuite quand il y a un danger imminent).

Ne ditons pas, qu’une personne à fait un malaise vagal.

QUELS SONT LES BIENFAITS DE LA COHERENCE CARDIAQUE ?

Il y a 1001 raisons pour bien respirer :

Les bienfaits se présentent sur le plan physique, sur le plan psychique et sur le plan émotionnel.

Commençons par le plan physique

La respiration consciente ou cohérence cardiaque augmente la capacité pulmonaire, améliore la nutrition des cellules du corps ainsi que la souplesse du corps.

Elle renforce les muscles intercostaux et masse les organes vitaux.

Elle améliore les fonctions digestives et d’éliminations (perte de poids) et nous aide à récupérer plus vite après l’effort.

Sur le plan psychique

La cohérence cardiaque augmente la concentration et l’attention (très bon exercice pour les tda(h) ou les personnes dispersées) et renforce le sentiment de confiance en soi.

De plus, elle accroît le seuil de tolérance et de capacité à fournir un effort.

Pour finir sur le plan tridimensionnel de l’humain, la cohérence cardiaque est en lien avec l’état émotif

La régulation du système nerveux (réduction du stress), le contrôle de soi, la maîtrise des pulsions (colère), la stabilité de l’humeur et la diminution des tensions.

Comment pratiquer la cohérence cardiaque ?

La toute première chose à savoir est que cette respiration se fait par le ventre. Votre thorax ne bouge pas, les épaules ne se soulèvent pas. En inspirant par le nez, votre ventre doit se gonfler et au moment où vous expirez ce dernier se creuse.

Tout cela doit se faire en conscience. Et pour cela, il faut que vous soyez dans un endroit calme ou personne ne peut vous distraire. Une fois que cela est fait, essayez d’imaginer l’air respiré (pur) passant dans votre nez et allant jusqu’à votre ventre pour ensuite ressentir votre corps nettoyé avec ce même air qui sortira à nouveau par le nez.

Une fois que le mécanisme de la respiration est compris. Il est conseillé d’utiliser la méthode 365. C’est une méthode très facile à retenir.

Il faut pratiquer 3 fois par jour, 6 respirations par minute et pendant 5 minutes = 365. Les effets ont une durée de 3 à 6 heures.

Existe-t ’il des applications pour aider à la cohérence cardiaque ?

Il en existe beaucoup et très facilement trouvable sur YouTube. D’ailleurs l’application de madame Catherine Darbord est très douce sur le ton de la méditation.

Vous pouvez aussi trouver des applications gratuites et/ou à télécharger sur votre smartphone ou ordinateur associé à de la musique ou pas.

LES BIENFAITS DE L’ALOE VERA

En latin, le mot « Vera » se traduit par « vérité ».

L’Aloe Vera est utilisé depuis 5000 ans par différentes grandes civilisations, et ce, dans différents endroits du monde.

QU’EST-CE QUE L’ALOE VERA ?

C’est une plante à feuilles épaisses, souples et charnues et dentelées sur les bords. L’aloé véra est une plante qui est plus ou moins allongées et produit des fleurs jaunes.

C’est une plante faisant partie des asphodélacées, famille des monocotylédones (ex : orchidée) et qui est âgé de milliers d’années.

Presque toutes les parties de l’Aloé Véra sont utilisables pour notre bien-être.

QUELLES SONT LES 3 PARTIES IMPORTANTES DE LA PLANTE ?

L’écorce : Elle possède des propriétés laxatives, répulsives, abortives et irritantes.

La sève : Le liquide jaune circulant à l’intérieur de la plante est la sève. Lors de la coupe de la feuille, la sève est immédiatement retirée car celle-ci n’a pas les mêmes vertus de la plante.

La pulpe ou gel :C’est ce que l’on extrait des feuilles entières et qui a l’aspect de gelée. Parfois appelée « mucilage », la pulpe est le cœur de la feuille. On y trouve toutes les propriétés les plus intéressantes de la plante.

QUEL ALOE VERA UTILISER ?

Cliquer sur la photo pour découvrir la gamme Foreverliving

Celle à utiliser est l’Aloe Véra barbendensis miller (parmis 400 espèces) pour son efficacité et ses nombreuses vertus.

POURQUOI UTILISER L’ALOE VERA ?

C’est un aliment de bien-être composé de 25O composants essentiels : les vitamines, les minéraux, les acides aminés, les sucres, les glycoprotéines et les lipides.

On l’appelle aussi la plante aux milles vertus, détaillons un peu plus ceci :

Dans ces 250 composants, nous retrouvons 12 vitamines, notamment la A, les B qui sont intéressantes pour les végans, la C, la D ainsi que la E.

En plus, cette plante est aussi doté :

De 20 minéraux  comme le phosphore, le zinc et le lithium qui est très intéressant spécialement pour les personnes ayant un Trouble Déficitaire d’Attention avec ou sans Hyperactivité.

D’acides aminés : les 7 des 8 essentiels a notre bien-être.

Et, enfin d’enzymes travaillant sur la dégradation des aliments ingérés pour en faire des nutriments bénéfiques à notre santé.

QUEL EST LE PRINCIPE ACTIF ?

La pulpe d’aloé véra est riche en acemannan. Ce dernier va renforcer et aider le système immunitaire en mobilisant les combattants de ce dernier (les anticorps,…).

Comme vous devez le savoir maintenant, avec mes articles, notre corps s’intoxique par l’alimentation, le stress et d’autres facteurs. C’est encrassement sera éliminé par la consommation de l’acemmanan en éliminant les déchets de notre organisme par la voie intestinale.

Une amélioration de vos soucis articulaires se ressentira par la production de synovie, provoquée par l’absorption de l’aloé vera et par ce fait, une souplesse reviendra.

Si l’activité du principe actif est mis à part, l’aloé Véra a une très riche composition.

Elle est une plante adaptogènes, c’est-à-dire qu’elle augmente la capacité du corps à s’adapter aux différents stress.

Mais, elle est aussi bénéfique en utilisation cutanée comme en complément alimentaire.

Par exemple, l’aloé véra est régénératrice cellulaire, elle a le pouvoir d’aider notre organisme a reconstituer nos cellules . Le gel de la plante peut donc aider pour les coupures, les coups de soleil ainsi que les peaux fragilisés ou vieillissantes.

L’aloé véra est également utilisée pour son pouvoir antiseptique ainsi que cicatrisant, sans compter son côté tonique ou hydratante par ses polysaccharides.

De plus, elle agit sur la régulation de nos fonctions hépatiques et digestifs, de notre glycémie et de notre taux de sébum ainsi que sur notre système immuno- stimulant.

Faites une cure de trois mois ! Deux fois par an, pour un bien être optimal.

Grosso modo, l’aloé véra est un allié naturel pour notre santé. Et, c’est pour cela que je peux vous en procurer.

N’hésitez pas à m’en parler.

COMMENT CHOISIR UN ALOE VERA DE BONNE QUALITÉ ?

Quand vous achetez de l’aloé véra, il faut vérifier plusieurs critères :

  • Le label IASC pour une très bonne qualité
  • Une culture agricole sans pesticide et si possible avec un procédé de jachère
  • La maturation de la feuille (3 ans)
  • La façon dont est cueillis les feuilles (à la main)
  • L’extraction du mucilage (à la main)
  • L’absence de conservateur

L’ARTHROSE ET LA NATUROPATHIE

Concrètement, à ce que l’on pourrait croire, l’arthrose ne touche pas que les personnes de plus de 60 ans. Cette pathologie peut s’inviter chez les personnes à partir de 40 ans. Et, malheureusement, si nous ne touchons pas à l’équilibre acido-basique de votre corps, rien n’y pourra.

Qu’est-ce que l’arthrose ?

L’arthrose est une maladie inflammatoire pouvant se dégrader sur plusieurs stades.

Cette pathologie va se déclarer au niveau du cartilage des articulations. Donc, quand nous disons arthrose, nous devrions mettre un (s) :

Arthrose de l’épaule, arthrose du cou, arthrose des mains, …

Si nous décomposons, le mot arthrose, nous retrouvons arthron (articulations) et ose : dégénérescence.

L’arthrose est liée à la fatigue des chondrocytes qui assure le renouvellement du cartilage. Les chondrocytes vont s’énerver et entraîner une inflammation.

Elle se traduit par des rougeurs, une augmentation de la chaleur locale, des œdèmes et des douleurs. Ces réactions sont dues à la première lignée de défense de l’organisme. Ensuite en deuxième lignée de défense, (dans le système immunitaire innée) vont agir les cytokines parmi d’autres intervenants qui entraîneront aussi une inflammation. Et le cercle vicieux se déclenche.

Le corps recherche à consolider ses os mais l’arthrose est une maladie déformante. Quand il y a reconstruction, une malformation se génère et peut provoquer comme des becs des perroquets, des déformations de doigt (…) et ainsi induire, encore, une inflammation. Et, ainsi de suite.

Comment se déclenche-t-elle ?

Pour comprendre l’installation de l’arthrose ; il faut comprendre comment l’inflammation s’instaure dans notre corps.

D’ailleurs, plusieurs raisons peuvent être possible :

L’alimentation transgénique ou trop riche : en graisse saturée, en sucre rapide, en protéines animales, en gluten ou en lactose.

Le sport à haut niveau trop fréquent, trop long, ou commencé trop jeune avec des articulations en phase de croissance ou déjà affaiblies qui entraîne des traumatismes produisant une altération du cartilage.

Le stress joue aussi un rôle dans l’arthrose. Il amène une acidification de notre corps et de ce fait une inflammation apparaît et les cytokines rentrent à nouveau en jeu.

L’encrassement de nos émonctoires par des produits non reconnus par notre corps. Notre organisme est conçu afin de reconnaître des aliments basiques et surtout non transformés par l’homme, que ce soit par les ondes (micro-ondes) ou par des produits chimiques (les additifs). Mais aussi, les drogues, la cigarette, …

Ces produits non reconnus se transforment en acide !

Le dérèglement du système immunitaire peut aussi être un déclencheur. Le système de défense de première ligne (la peau, la muqueuse, …) et de la seconde ligne de défense (ex : cytokines) peuvent être désorganisée et entrainer une inflammation.

Le dérèglement hormonal, plus exactement la ménopause, provoque aussi de l’arthrose. Au niveau du système hormonal « complet » féminin, les femmes sont dotées d’œstrogènes et de progestérones. Mais, à la ménopause, l’œstrogène est de moins en moins produit jusqu’à ne plus en avoir.

Pourtant, cette hormone joue un rôle sur la sensibilité de la douleur et surtout celle des articulations.

Quelles en sont les complications ?

Stade 1 : le Ramollissement du cartilage

Stade 2 : Apparition des fissures superficielles cartilagineuses

Stade3 : Apparition de fissures profondes ou détachement d’un fragment de cartilage

Stade 4 : Ulcération avec mise à nu de l’os situé sous le cartilage (l’os sous-chondral).

Comment traiter ou amoindrir les symptômes de l’arthrose ?

Vous l’avez compris, l’arthrose est une histoire d’acidification de notre organisme. Et, changez la façon de nous nourrir va changer ça.

L’alimentation est une grande aide pour soulager l’arthrose, voir la prioritaire.

Voici quelques aliments à ajouter dans son alimentation :

Les fruits et les légumes colorés sont nos alliés. Ils seront bénéfiques à réduire les raideurs de l’arthrose. Les crucifères et surtout le chou rouge sont pourvus de sulforaphane agissant sur les chondrocytes.

Au sujet des fruits, les meilleurs pour cette pathologie sont les baies et les fruits rouges. Ils ont un pouvoir anti-oxydant, comme d’ailleurs la pomme, les pruneaux et le raisin noir.

Il faut aussi agir en consommant du bon gras, c’est-à-dire des huiles de colza, de chanvre, des poissons et des oléagineux qui contiennent des oméga 3 et 6 afin de rendre l’organisme en meilleure santé.

Les protéines végétales associés aux céréales est une bonne association pour apporter tous les acides aminés dont a besoin notre corps.

D’ailleurs, l’aliment contenant le plus d’acides aminés est l’œuf, de plus si vous le prenez bio, il est recommandé de consommer la coquille d’œuf (broyée). Celle-ci vous apportera de la glucosamine et la chondroïtine qui agira sur votre mobilité articulaire.

Toutefois, si vous aimez la viande. Préférez la viande blanche à la viande rouge.

Restons dans la cuisine et voyons l’utilisation des épices et des condiments.

Il est conseillé de râper du curcuma frais, de le mélanger avec un corps gras et du poivre noir afin que sa biodisponibilité soit à son maximum. Le gingembre comme le curcuma est aussi un anti-inflammatoire, tout comme l’aïl.

Quant aux aliments à supprimer.

Il y a le gluten qui produit une colle dans les intestins.

Rappelons la règle SABOE ! (Seigle, avoine, blé, orge et épeautre) et le lait lié à son lactose.

Rappelons d’ailleurs que oui, il est conseillé que consommer du calcium est bénéfique à la santé, mais non ! le lait n’est pas le seul aliment nous en procurant. Pour info : 100 Grs de choux équivaut en calcium à 1 verre de lait.

En dernier lieu, il faut savoir que cuire les aliments à haute température fait perdre toutes les vitamines des légumes. Il est donc préférable de privilégier la cuisson à basse température.

Le sport est aussi nécessaire à la relance du liquide synoviale par une pratique douce et en ligne droite (ex : natation)

Quel complément alimentaire prendre ?

Le complément alimentaire le plus connu est celui qui est composé de chondroïtine et de glucosamine. La glucosamine et la chondroïtine sont des micronutriments naturellement présents dans l’organisme et nécessaires à la bonne flexibilité des articulations et à la mobilité des cartilages.

Associé avec l’Aloe Vera qui va stimuler le métabolisme, aider les défenses naturelles et accroitre la résistance à la charge physique, l’efficacité sera d’autant plus grande et rapide.

D’autres plantes sont aussi efficaces comme l’harpagophytum (baisse les cytokines), la prêle, le cassis, la reine des près, le saule blanc et le bambou.

L’harpagophytum, la reine des près, le cassis et le saule blanc sont anti-inflammatoires et la prêle ou le bambou procurent de la mobilité.

Toutefois, il faut faire attention, la reine des prés et le saule blanc ont comme principe actif un composé salicylé : « l’aspirine ».