COMMENT LA NATUROPATHIE PEUT M’AIDER A PERDRE DU POIDS ?

Avant de commencer cet article, je tenais à informer que nous sommes toutes belles et fortes.

Nous entendons parler de beaucoup de régimes miraculeux, comme ceux où nous ne mangeons que des protéines, ou bien où nous réduisons les calories ou les quantités dans notre assiette.

Mais il existe des façons plus naturelles, plus facile et plus saine à perdre du poids.

Qu’est-ce que réellement la perte de poids ?

D’un point de vue naturopathiques, c’est-à-dire d’une façon holistique. Les naturopathes vont s’intéresser aux tempéraments de la personne, à son hygiène de vie (ex : manque de sommeil), à son alimentation (bien évidemment) et à son niveau de stress (familial, professionnel)

En effet, la prise de poids peut venir d’un état psychologique (déception amoureuse, licenciement, …), de la sédentarité (travail assis, inactivité sportive, …) et/ ou d’un dérèglement hormonal (œstrogènes, progestérones,).

Mais d’autres facteurs peuvent se rajouter, comme l’âge ou certains médicaments.

Si la situation est complexe, la prise de sang Protéomis® m’aidera à déterminer plus rapidement et plus précisément la cause de votre prise de poids.

Comment la naturopathie va concrètement vous aider ?

Le naturopathe après avoir effectué un bilan vital durant 1H30, traitant votre santé holistique pourra mettre en place un plan d’action.

S’il n’y a pas d’élément perturbant (maladie, dérèglement hormonal, …), un protocole de base pourra être définit.

Il me tient très à cœur de faire comprendre aux personnes désirant améliorer leur bien-être que toutes émotions vécues à un impact sur notre santé.

Mais parlons, de la base à pratiquer pour une perte de poids

Par quelle étape faut-il passer ?

L’alimentation

En premier lieu, il faut boire. De l’eau, bien évidemment.

Vous allez dire, ça y est, elle reparle de l’eau. Mais oui ! L’eau est la base de la vie.

Si vous connaissez la naturopathie, vous devez certainement savoir que nous sommes dotés de 5 émonctoires (organes éliminant nos toxines). En buvant régulièrement de la bonne eau (attention aux résidus secs), nous aidons nos organes spécifiques à éliminer la pollution de notre corps qui est sous formes de cristaux, de colle ou de gaz. Et indirectement, nous aidons notre corps à perdre du poids car « les bouches d’évacuations » sont ouvertes.

En second, il faut toucher à l’alimentation proprement dit.

Eh ! oui, vous n’y échapperez pas !!! L’alimentation est un grand sujet !

Il faut savoir que le gras ne fait pas grossir. YOUPI !…

Oui, mais il est mauvais à la santé par sa formulation saturée. Et par ce fait, peut provoquer les maladies cardio-vasculaires.

Par contre le sucre pris en grande consommation, lui, fait grossir.

En effet, à l’ingestion par sa dégradation dans notre corps celui-ci est soit utilisé pour apporter de l’énergie à notre corps (en consommation résonnée) soit est stockée en graisses (en grande consommation). Comme par exemple, celui qui vient remplir nos cellules adipocytes et qui nous fait une belle culotte de cheval pour les femmes et provoquer une stase dans l’appareil digestif de l’homme, ce qui est très mauvais à leur santé.

Alors mesdames et messieurs, ARRETEZ LE SUCRE AJOUTE.

Il se trouve malheureusement partout (ou presque). Dans ce cas, il faut choisir et éliminer le mauvais sucre, celui ayant un indice glycémique haut. Et celui-ci vous le retrouver dans vos yaourts aux fruits, dans les viennoiseries ou les pâtisseries, dans les céréales du petit déjeuner, …

Si vous fêtes déjà l’effort de supprimer tous ces sucres ajoutés, vous verrez que l’aiguille de votre balance va redescendre et votre santé s’améliorer.

Si vous êtes gourmande, faîtes vos pâtisseries vous-même mais avec du sucre de coco.

En troisième point, une pratique trés difficile (je rigole) : LA MASTICATION.

Combien de fois, vous mâchez un aliment ? 5 ou 6 fois. Un de mes professeurs m’a appris qu’il fallait mâcher autant de fois que nous avons de dents. Je vous mets au défi de le faire, en espérant que vous ayez au moins 2O dents.

Et une des choses la plus importante, MANGEZ EN PLEINE CONSCIENCE ;

Faîtes vous une belle assiette, regardez ce qu’il y a dedans, de quelle couleur est l’aliment, et quel aspect il a, quelle texture il a à la mastication.

Apprenez à savourez ce que vous mangez !!!

Le sport

Ne pensez pas tout de suite, aux salles de sport, à l’achat d’équipements. La marche est suffisante. A raison de 30 minutes 2 à 3 fois par jour, cela suffit.

L’activité physique va aussi aider vos émonctoires (peau, reins, poumons, intestins, foie et vésicule biliaire) à se débarrasser des toxines et donc des kilos superflus.

Mais le sport assouplit nos articulations, améliore la circulation sanguine, l’oxygénation de notre corps et nous permets de nous recentrer.

L’hygiène de vie

Le sommeil est très important, c’est pour cela qu’il faut un bon rythme régulier de votre sommeil. Le dérèglement de ce cycle va aussi déranger la production de la ghréline (hormone de la faim) et la leptine (hormone de la satiété) et le corps ne va plus savoir quand faire un appel à la nourriture et quand dire stop une fois que l’estomac est plein.

Essayez de ressentir le moment où votre corps vous lance les signes de fatigue. Là, où vos paupières tombent, où vous bailler ou alors quand vous n’arrivez plus à suivre l’émission que vous regardez.

Le stress

Le stress est aussi important comme on le perçoit.

Le stress va agir sur le système nerveux, plus exactement sur le système sympathique et sur le système hormonal.

Le système sympathique a pour rôle de vous maintenir en éveil, ou de faire fuir si un grand danger vous fonce dessus. Et le système hormonal par la libération des hormones tels des messagers va contrôler et coordonner les activités de tout l’organisme.

Ces activités hormonales provoqueront la libération de cortisol, lequel est hyperglycémiant.

Il existe de multitudes de façon de calmer son stress dont la cohérence cardiaque, les promenades dans la forêt et la méditation.

LA NATUROPATHIE ET LES ALLERGIES

Vous allez me dire mais pourquoi un article sur les allergies arrive si tôt !!!

Si, nous regardons de plus près notre hiver cette année. Eh ! bien, les températures ont bien augmentées et la hausse de la chaleur continuera encore, si nous ne faisons pas le nécessaire pour stopper le réchauffement climatique. Mais, bon, ceci est un autre sujet.

Sachez qu’un hiver doux accélère le développement des plantes et déclenche une pollinisation précoce.

En France, la pollinisation hivernale a généralement lieu de mi-janvier à avril dans le sud et de fin janvier à mai dans le nord : elle concerne les arbres et arbustes.

Les personnes allergiques au pollen sont donc en préparation de leurs réactions hypersensible aux pollens.

QU’EST-CE QU’UNE ALLERGIE ?

C’est une réaction de notre corps liée à un déséquilibre du système immunitaire.

Les éléments (l’allergène) que nous inspirons ou ingérons ne sont pas reconnus par notre organisme, cela provoque une inflammation et donc une réaction allergique.

L’apparition d’allergie, démontre que les barrières de protection de notre organisme (peau, muqueuse des voies respiratoires ou digestives) ne sont plus étanches et laissent passer l’agresseur.

Les réactions allergiques se manifestent par des larmoiements, l’hydrorrhée (le nez qui coule) ou son obstruction, les éternuements, …

LES ACTIONS DU NATUROPATHE

Avant toute chose, le naturopathe va s’intéresser sur le fond du problème.

Comme je le disais dans la définition, il y a un déséquilibre au niveau immunitaire mais il y aussi le besoin d’éliminer l’allergène, le gênant.

Pour cela, il vérifiera votre alimentation. Certaines catégories d’aliments comme le gluten et les produits laitiers sont producteurs de mucus au niveau intestinal et pulmonaire. Ces aliments produiront une sorte de colle qui entraînera une congestion.

Après, il faut travailler sur le système immunitaire à proprement dit.

Et pour cela, il faut aussi travailler sur le stress. Eh ! oui, encore ce stress !!! On dira qu’il a bon dos mais c’est la vérité.

Le stress joue un rôle dans le dérèglement du système immunitaire. Le stress chronique entraîne une production de cortisol qui rendra moins compètent le thymus et la rate en partie responsable du système immunitaire.

Mais que faut-il faire ?

Il faut nettoyer les émonctoires de notre corps, c’est-à-dire la peau, les poumons, le foie, les intestins et les reins afin que l’allergène puisse être évacué le plus rapidement.

Pour cela, le naturopathe vous aidera par une détoxination.

En second lieu, il continuera à s’intéresser à l’obstruction en agissant sur la fabrication du mucus par l’alimentation.

Mais l’alimentation n’est pas le seul fautif, la sédentarité l’est aussi. On ne le dira jamais assez. Bougez !!!

La marche, le sport, le ménage sont aussi bénéfiques, ces activités aident aussi le corps à éliminer les toxines.

Ensuite, il faut gérer le stress. Pour cela, plein de méthodes existent.

Vous pouvez pratiquer la cohérence cardiaque (méthode de respiration consciente), le yoga, la sophrologie, la méditation, …

Petit rappel, les allergènes viennent de l’extérieur et notre système immunitaire est déréglé.

Il faut donc penser à aérer vos pièces, soit en grand pendant 10 minutes soit en oscillant battant pendant 20 minutes. Faire la poussière régulièrement et passer aussi souvent l’aspirateur.

En complément

Consommez des oméga 3 contenus dans les huiles de première pression à froid et dans les poissons gras aident les cellules à se défendre contre les réactions inflammatoires provoquée par l’allergie.

Afin d’aider la flore intestinale, les probiotiques seront d’une grande aide car ils vont modifier notre immunité face à la réaction allergique.

L’apport régulier de fruits et de légumes est nécessaire pour le bon fonctionnement intestinal mais plus en particulier pour le système immunitaire quand les pommes, les câpres et les oignons rouges sont intégrés dans votre alimentation.

N’oubliez pas : un esprit sain dans un corps sain. Les allergies peuvent énerver !!! 🙂

LA GASTRO-ENTERITE

Ça y est ! La gastro-entérite a bel et bien fait son entrée (de façon très invasive) chez nous. J’espère qu’elle n’a pas frappé à votre porte ou si cela est déjà le cas, dans ces 2 situations cet article vous aidera.

Mais qu’est-ce que la gastro-entérite ?

Les consultants de mon cabinet ou tout simplement les personnes de mon entourage me dise « ça sort des 2 côtés ». Lesquels ? Non, je plaisante. Nous le savons tous (ou pas 😉).

La gastro-entérite est une maladie qui peut être d’origine infectieuse, virale ou bactérienne. Celle-ci se contracte de diverses manières, nous pouvons l’ingérer avec des aliments ou de l’eau contaminés ou le plus souvent par le contact interhumain.

Les signes cliniques de cette pathologie sont de la diarrhée souvent accompagnée de vomissements et/ou parfois de la fièvre. Tous ces symptômes ne sont pas obligatoirement présents ensembles ou dans un sens particulier.

Le plus important est de surveiller la déshydratation. A ce moment, n’hésitez pas à aller voir votre médecin.

Et, comment prévenir la gastro-entérite ?

On ne cessera pas de le dire, la première des préventions est :

  • De se laver les mains avant de préparer un repas, de manger et après être allé aux toilettes. Si vous êtes à l’extérieur, le gel hydroalcoolique est une bonne alternative.

Non ! le lavage par le chat ne fait rien …

Les mains sont effectivement des vecteurs de maladie. C’est pour cela, qu’il faut être prudent avec les aliments crus (fruits ou légumes) achetés en magasin et éviter les serrages de mains quand il y a un doute.

Et bien évidemment, ne pas utiliser les couverts ou boire après une personne ayant été contaminés par la gastro-entérite car l’agent de cette pathologie se retrouve aussi dans la salive.

Si malgré ces aides ne vous semblent pas assez efficaces, le rajout de quelques « plantes » peut être bénéfique.

L’aïl est une très bonne aide. Cet aliment à raison de 2 gousses par jour protégera vos intestins.

Toujours dans la protection, il est possible d’utiliser l’huile essentielle de Ravintsara qui boostera vos défenses immunitaires comme l’extrait de pepins de pamplemousse.

Oups, c’est trop tard !

La gastro en fait son entrée dans votre corps. Alors, que faire ?

Avant toute chose, il faut savoir que le corps sait se gérer. C’est-à-dire que si celui-ci vous fait vomir ou se nettoie par la diarrhée, c’est qu’il y a besoin d’éliminer un agent pathogène par ces sorties.

Ne voyez pas ces actions comme désagréables, même si je le conçois. C’est très désagréable !!! Mais dites-vous, que le nettoyage des fêtes arrive à temps😊.

Revenons à notre sujet principal, se soigner !

Comme précédemment dit la gastro-entérite fait perdre de l’eau dans notre corps.

Pour cela, pensez à boire beaucoup d’eau. Oui mais pas nature, le mieux serait de rajouter une pointe de sel afin qu’elle reste dans le corps. Evitez le soda américain mondialement connu et conseillé, celui-ci est sucré et peut provoquer des inflammations aux intestins via l’estomac.

Si vous arrivez à manger : une cure efficace existe : LA CURE DE RIZ.

Celle-ci doit se faire sans ajout de produits laitiers, d’aliments excitant les intestins (fibres, crudités, épices, …) et de nourritures grasses. Il faut laisser vos intestins au repos.

Et dans la mesure du possible, DORMEZ ! La gastro est éprouvante physiquement et peut-être psychologiquement.

Les solutions naturelles

Dans ces cas, l’ail est toujours de mise. Si vous en avez marre d’avoir une mauvaise haleine par l’ail cru, les gélules d’ail font très bien l’affaire.

L’ail est un bon remède grâce ses activités antibactériennes, antimicrobiennes mais il saura aussi apaiser la muqueuse de l’estomac et ainsi apporter un soulagement.

Le riz (vu précédemment).

Le charbon actif est LE remède pour la diarrhée. Celui va stopper les selles trop liquides et en prime, il va capturer les micro-organismes néfastes. Je vous conseille de vous le procurer en poudre (plus efficace), de le prendre loin des médicaments (par rapport à son pouvoir d’absorption) et de bien vous rincer les dents.

L’argile verte ultra-ventilée est tout aussi efficace que le charbon mais avec le petit +. Cette poudre apportera les oligo-éléments nécessaires à notre remiseen forme.

Le gingembre a aussi plusieurs indications bénéfiques. Il va agir sur l’inflammation mais aussi sur les nausées, les vomissements et les digestions difficiles.

Attention, il décuple les effets de l’aïl.

Vous me direz, nous avons vu la partie intestinale et inflammatoire mais le mal de tête est aussi présent.

Pas de souci, la grande camomille est là. Non seulement, elle va vous aider à vous réhydrater (prise en tisane) mais en plus, elle calme les maux de tête et a des propriétés antispasmodiques.

Ouf, c’est fini !

Oui, pour la gastro, c’est terminé. Mais les intestins sont tous chamboulés !

Pensez à vous réalimenter doucement en incluant un peu de riz. Mais le plus important est réensemencer vos intestins de bons microbes, c’est-à-dire de probiotiques. Vous pourrez en trouver dans les magasins bio ou en pharmacie.

Un dernier conseil pour finir

N’oubliez pas pendant les épidémies, de bien nettoyer les poignées de portes, les boutons de lumière des toilettes et tout objet manipulé par la personne contaminée.

Et si les symptômes durent plus de 48 heures (surtout pour les personnes fragiles), contacter votre médecin traitant.

RÉCUPÉRER APRÈS LES FÊTES

Ça y est !!! Les fêtes sont passées. Notre foie nous supplie de revenir à nos repas habituels … Le mal de tête, les sensations de lourdeur, de nausées font partie de notre quotidien ces derniers jours.

Il est donc temps de reprendre avec nos bonnes résolutions.

1ère étape : Réveiller notre corps

Boire 1 ou 2 verres d’eau tiède le matin à jeun afin de réveiller nos organes en douceur. (Oui, je le sais, ce n’est pas super !!!).

2ème étape :  Mettre au repos votre système digestif

Manger léger

Eviter les aliments difficiles à digérer comme la viande . Préférer les légumineux pour le soir (lentilles, pois chiches, haricots en grains, …)

Préserver l’énergie de votre système digestif

Opter pour des sucres complexes (farine complète), plutôt que pour des sucres rapides (sucre ajouté) qui n’apporteront rien au corps, si ce n’est de la fatigue.

Reposez votre foie

Essayer la Monodiète ! Si cela n’a pas été fait au moment des pré-fêtes, il est temps !!! Pour ce mois-ci, il y a des possibilités de trouver un légume ou un fruit que nous aurions plaisir à manger pendant une journée.

Appliquer une bouillotte chaude sur le foie ! C’est une aide précieuse.

3 -ème étape :  Activer son corps

Nettoyer vos émonctoires, c’est-à-dire nos poumons, notre peau, nos intestins, notre foie et nos reins.

  • Pensez à la marche, aux promenades en forêt ou si vous le désirez à un sauna à infra-rouge qui sera très bénéfique. (J’aurai le mien prochainement).

4 -ème étape : s’hydrater

Imposer vous une pause et buvez beaucoup d’eau (nature) 

  • Le café et l’alcool sont des boissons déshydratantes et des éléments toxiques pour le corps. Donc, non seulement ils vous « assèchent » mais en plus, ils stoppent l’assimilation des minéraux de notre corps. Sans oublier que l’alcool est une boisson très sucrée.

Penser à mettre une carafe d’eau à vue et, automatiquement vous boirez, même si vous n’avez pas soif.

Lier l’agréable à l’utile : Les tisanes sont nos amies. Il est possible de se faire infuser quelques plantes.

  • Pour faciliter la digestion : menthe et verveine,
  • Pour les troubles digestifs (gaz, ballonnements) : Fenouil, cumin, anis, …

5 -ème étape : Le sommeil

Dormez !!!

Sans un repos nécessaire pour votre corps, celui-ci ne pourra pas de lui-même se remettre de la fatigue des fêtes et se régénérer.

Si toutefois, votre sommeil est perturbé dans la nuit et régulièrement. Essayez de repérer l’heure de votre réveil, cela peut être un indicateur sur l’ennui d’un organe.

6 -ème étape : Le psychologique

La naturopathie s’occupe non seulement du corps mais aussi du mental et du psychique. C’est pour cela que sans ce tout, la détoxification ne serait pas aussi efficace.

Comme écrit dans l’introduction, reprenez vos bonnes résolutions et surtout n’hésitez pas en prendre de nouvelles ! Cela ne sera que bénéfique. Avez-vous fait le point sur votre année passée ? Avez-vous éliminé les actions nocives pour vous ? Ou commencer des activités qui vous tiennent à cœur ?

Vous souhaitez perdre du poids, apprendre à gérer votre stress, avoir un sommeil récupérateur, chouchouter votre corps ou tout simplement rester en bonne forme.

Le naturopathe peut vous accompagner sur ces souhaits parmi d’autres.

PRÉPARER SON CORPS AVANT LES FÊTES DE FIN D’ANNÉE.

Avant toute chose, dites-vous qu’il ne faut pas culpabiliser parce que vous n’allez pas faire attention à votre repas.

Le principal est de passer un bon moment, qu’il soit gustatif, convivial et surtout plein d’amour.

Mais rentrons dans le vif du sujet.

Les fêtes de noël durent longtemps et nous pouvons le dire, nous mangeons bien !

 Afin de bien digérer, les prémices d’une bonne alimentation sont nécessaires.

MAIS POURQUOI FAUT-IL FAIRE ATTENTION ?

Les fêtes approchent, les chocolats de noël aussi. Malheureusement, comme les médias le stipule et surtout les professionnels de santé, le pire de notre ennemi alimentaire est : LE SUCRE.

Le sucre ne se trouve malheureusement pas que dans les chocolats, on le trouve dans plusieurs aliments comme les desserts lactés, les céréales, les jus de fruits, les sodas ou encore dans les boissons alcoolisées.

Mais, il y aussi le sucre caché, celui qu’on retrouve par exemple dans les produits pharmaceutiques (sirops pour enfants, enrobage comprimé, …) mais aussi les féculents (pomme de terre, pâtes, riz, le pain, …).

Cette consommation de sucre peut entrainer des maux de tête, des lourdeurs, des ballonnements ou des problèmes de transit.

Les lipides saturés (beurre, végétaline, charcuterie, …) consommez en excès peuvent avoir des effets néfastes (prise de poids, stockage dans les cellules graisseuses, fatigue du foie, …).

ALORS, QUE FAUT-IL FAIRE ?

Tout d’abord, pensez à mettre votre corps au repos.

Pour cela écouter votre organisme et prenez en compte les besoins de votre personne (physique et physiologique).

Pour cela :

  • Ecoutez votre faim,
  • Mangez en conscience : Examinez vos plats dans votre assiette et étudiez les aspects de ce que vous être en train de manger. Ce qui réduira la quantité des aliments dans votre assiette.
  • Boire un verre de jus de légumes par jour, si possible fait à l’extracteur.
  • Mangez au maximum des légumes verts et colorés
  • Faire une monodiète est très appréciable pour vos intestins, si votre courage et votre motivation sont en bonne forme. Le fait de ne manger qu’un aliment par jour pendant une semaine procure à vos intestins du repos.

Vous pouvez aussi aider votre foie afin qu’il puisse mieux assimiler votre repas de noël, où en amont de quelques jours, positionner une bouillote sur lui le soir au coucher. Le jus de citron chaud, le matin à jeun le requinquera aussi.

Et en dernier conseil, le verre d’eau tiède au réveil, pourra être aussi bénéfique afin de réveiller vos organes en douceur pour la journée.

En attendant Noël, je vous souhaite d’agréables préparations de vos fêtes et que le Père-Noël soit généreux.

LA GEMMOTHERAPIE ET LES DEFENSES IMMUNITAIRES

La gemmothérapie est une branche de la phytothérapie. Cette thérapie naturelle utilise les bourgeons et les jeunes pousses de plantes.

Pour exemple, le bourgeon, a lui seul renferme les propriétés des fleurs, des fruits et des feuilles ce qui explique la grande efficacité d’action des extraits de bourgeons.

Pour passer la saison froide et humide, sans les tracas hivernaux, l’important est de booster ses défenses immunitaires !!!

Que choisir pour se préparer à cet hiver ?

Le bourgeon de cassis (ribes nigrum)

C’est un arbrisseau ayant des pouvoirs anti-inflammatoires et antioxydantes très fortes.

Ici, cette plante est utilisée pour son pouvoir « revitaliseur » énergétique.

Il va, en effet agir sur la fatigue ponctuelle mais aussi chronique, sur la régulation de l’immunité ainsi que les états grippaux et la fatigue des glandes surrénaliennes.

le bourgeon d’aulne glutineux (alnus glutinosa)

C’est un arbre feuillu ayant aussi des pouvoirs anti-inflammatoires mais est surtout un antibiotique naturel boostant les défenses immunitaires.

Ce bourgeon sera utile pour tous les maux hivernaux débutant comme les sinusites, les rhinites, les trachéites, les bronchites, …

le bourgeon du noyer

Le noyer est aussi un bon allié pour aider le corps à booster nos défenses immunitaires. Il ne va pas agir directement sur les cellules immunitaires mais sur la flore intestinale.

Une flore intestinale en bon état de marche va mieux accepter les nutriments que nous donnons avec une nourriture adéquate afin de rester toujours en bonne santé.

Et la cerise sur le gâteau, le noyer a une action sur les inflammations respiratoires comme pour le bourgeon d’aulne glutineux.

les jeunes pousses de l’églantier (rosa canina)

L’églantier ou rosier sauvage est un arbrisseau touffu et buissonnant.

Ces jeunes pousses ont une action sur le système immunitaire, respiratoire mais aussi articulaire et endocrinien. L’églantier est ainsi très adapté pour les enfants.

C’est bien dans ses périodes, qu’il faut parler de booster ses défenses immunitaires. L’églantier est à prendre quelques mois avant la période hivernale afin d’augmenter les anticorps.

Préparons l’hiver avec la naturopathie !!!

L’automne est arrivé le 23 septembre, c’est l’équinoxe de septembre qui fait démarrer cette nouvelle saison. Mais vous me direz, qu’est-ce exactement un équinoxe ?

Un équinoxe est un phénomène astronomique, où le soleil se trouve dans l’alignement de l’équateur.

Il existe 2 équinoxes, celui de l’automne et celui du printemps.

Mais revenons à nos moutons.

L’automne est une saison de mise au repos. Si nous regardons la nature, les feuilles des arbres brunissent et tombent. Ce phénomène est lié à la descente de la sève des branches vers le tronc de l’arbre afin de garantir la survie de celui-ci.

En gemmothérapie (du point de vue atomique) nous sommes assimilés aux arbres sachant que notre hémoglobine a une très grande similitude avec la chlorophylle des plantes.

La gemmothérapie est un soin apporté aux personnes par les propriétés médicinales du bourgeon, de jeunes pousses ou de radicelles remplis de leur énergie vitale la plus concentrée au cours de leur vie de plante.

D’ailleurs, nous nous ressemblons aussi, organiquement :

  • Les étages inférieurs de l’arbre (les racines) correspondent à notre zone sous ombilicale, c’est-à-dire la flore intestinale ;
  • Leurs troncs et leurs branches à notre diaphragme, à notre digestion ainsi que le gros tronc vasculaire ;
  • La partie supérieur (branches, feuilles) à notre appareil respiratoire et au cœur.
Bourgeon de cassis

L’utilisation des fleurs de Bach, est une méthode douce et naturelle travaillant dans la durée et l’épanouissement, peuvent être aussi une aide pour passer plus facilement le cap de blues de l’automne qui nous amène à l’hiver.

Certaines fleurs de Bach sont à privilégier comme celles qui aident à retrouver l’énergie au quotidien et/ou celles à remonter le moral (coup de blues).

Tout en restant dans les plantes, la Phytothérapie est aussi une solution. Le but est toujours de booster les défenses immunitaires. Certaines plantes comme l’échinacée, le sureau noir mais aussi le cassis ont cet effet. Si toutefois, nos cellules « protectrices » ont un peu faillit, il est toujours possible de continuer à se soigner avec la phytothérapie.

Mais le plus important et le plus facile à adopter est : La bonne alimentation !!!

La base d’une alimentation dopant notre organisme est basée sur le principe d’apporter des anti-oxydants et des bon omégas apportés par ce que nous mangeons.

En exemple, les oléagineux (noix, amandes…), le cacao, le gingembre, le kiwi et le thé vert pour le côté anti-oxydant et pour les bons omégas, pensez aux poissons gras ainsi qu’à l’huile de colza pressée à froid et vierge.

Une dernière petite chose, Pensez à l’Ortie. Elle est une source abondante de nutriments et d’antioxydants.

LE POUVOIR DU SUCRE SUR L’HYPERACTIVITE DES ENFANTS TDAH

(Trouble déficitaire de l’attention et hyperactif)

LE TDAH

Concernant le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un problème neurologique qui apparaît durant l’enfance.

Cependant, ce trouble n’est pas provoqué par des besoins affectifs, ni par des problèmes psychosociaux. Néanmoins, ces troubles ci-dessous définis peuvent s’aggraver.

Le TDAH est un trouble ayant une cause majoritairement génétique. Quoi qu’il en soit , ce n’est pas une « maladie héréditaire ». Elle ne se transmet pas à toute la descendance.

Le TDAH se caractérise par une triade d’inaptitudes

  • L’inattention :
  • L’hyperactivité 
  • L’impulsivité :

Cette triade entraînant à son tour des difficultés :

  • Motrices
  • Apprentissage (selon Barkley)
  • D’interpersonnelles
  • Un manque d’estime de soi
  • Un impact sur la vie d’une famille.

Avec parfois des signes cliniques associés :

  • La dysorthographie (trouble d’acquisition de l’orthographe),
  • La dysphasie (déficit durable des performances verbales),
  • La dyspraxie (trouble d’acquisition des mouvements volontaires coordonnés) et la dyscalculie (trouble d’acquisition de l’arithmétique).

Et quelquefois des troubles de l’opposition avec provocation (TOP).

LE RÔLE DE L’ALIMENTATION

Les linéaires des grandes surfaces proposent autant de rayons pour les bonbons, les sucreries que les fruits et les légumes.

En conséquence, l’aliment apportant des glucides est un aliment pauvre en vitamines et en oligo-éléments, qui sont des catalyseurs. Finalement, par réaction biochimique lors de notre digestion, nous consommons ces catalyseurs.

Cependant si notre alimentation ne nous les apporte pas, nous les prenons dans notre organisme et appauvrissons celui-ci, qui n’en a pas suffisamment.

Quoiqu’il en soit l’enfant ayant un Trouble Déficitaire d’Attention avec Hyperactivité doit adopter une alimentation, en adéquation, qui finalement apportera les éléments nécessaires au bon fonctionnement de son cerveau et surtout sans apports d’aliments à Indice Glycémique haut. Les apports glucidiques digérés entraînant des effets négatifs sur le cerveau.

Ils ont deux effets plus néfastes sur les enfants ayant un TDAH que sur les enfants sans ce trouble.

En effet, lors d’un repas riche en aliments a IG haut, il y a une augmentation trop rapide du taux de glucose dans le sang (hyperglycémie). Cette première étape déclenche une libération par le pancréas d’une quantité d’insuline et provoque une chute trop rapide du taux de sucre dans le sang (hypoglycémie).

Pour ces raisons, cette opération entraîne un épuisement du système nerveux générant un comportement agressif, d’hyperactivité.

C’est pourquoi un appel à une forte envie d’apports glucidiques se fait et provoque un « crash » nuisible pour le cerveau.

Sachant que les enfants TDAH sont en perte d’attention, les glucides, par leur effet de « distributeur » de glycémie haute), mettent l’enfant rapidement en perte d’énergie.

En effet, les produits transformés à Indice glycémique haut sont en réalité des aliments à calorie-vide, Ils n’apportent aucun nutriment. Pour la digestion de ceux-ci, une réaction biochimique va se mettre en action. Le corps va consommer les catalyseurs (vitamines et oligo-éléments) de notre organisme et va l’appauvrir.

Quelques règles sont à suivre

Pour le bon fonctionnement cérébral de l’enfant, il faut en :

Premier lieu, éviter tous produits industriels ultra-transformés, ainsi que les graisses hydrogénées. Ces produits regroupent des additifs : des conservateurs, des épaississant, etc…

Ainsi que les pâtisseries industrielles et les plats ultra-transformés apportent des glucides

En effet les produits ultra-transformés subissent plusieurs traitements.

Ceux-ci servent à baisser les coûts de fabrication et d’achat ou de rallonger la durée de conservation. Ces derniers rendent les préparations culinaires plus faciles et rapides pour les consommateurs.

Ce sont des aliments consommés par plus d’un tiers des français.

Deuxième lieu, apporter des bons acides gras, particulièrement l’oméga 3 avec un bon rapport avec l’oméga 6. Afin d’assurer un bon choix, ils se retrouvent dans les huiles (colza, lin, chanvre), les poissons gras, les algues et les fruits de mer. Ces omegas luttent contre la perte de mémoire et le déclin des fonctions cognitives.

Troisième lieu, les enfants doivent consommer des fruits et des légumes à chaque repas.

L’idéal pour une bonne digestion serait de manger le fruit avant le repas. Afin d’éviter la production de sucre, leur assimilation sera mise en attente, quand il y a consommation de protéines animales.

En effet ceux-ci apportent à l’organisme :

  • vitamines
  • minéraux
  • fibres
  • tryptophane (précurseur de l’hormone du bonheur).

La quatrième règle, consommez des protéines animales et végétales. Elles apportent des acides aminés par la viande, des bons omégas pour le poisson (maquereaux, harengs, sardine) et une digestion plus facile par les légumineux.

La dernière règle, limiter au maximum les apports glucidiques. La consommation de glucides va de façon indirecte provoquée une hypoglycémie. Celle-ci va entraîner des sensations d’anxiété, de colère ou de fatigue. Il faut faire attention, le sucre appelle le sucre et le cercle vicieux commence.

Les apports glucidiques

Les apports glucidiques ont deux effets plus néfastes sur les enfants ayant un TDAH que sur les enfants sans ce trouble. Sachant que les enfants TDAH sont en perte d’attention, les glucides, par son effet de « distributeur » de glycémie haute (glycémie très rapidement utilisée par le corps), l’enfant se trouve rapidement en perte d’énergie.

Les produits transformés à Indice glycémique haut sont aussi des aliments à « calorie- vide », en effet, ce sont des aliments qui n’apporte aucun nutriment. Or la digestion de ceux-ci, provoque une réaction biochimique.

Finalement le corps va consommer les catalyseurs qui sont des vitamines et oligo-éléments de notre organisme puisque l’aliment n’en contient pas et va appauvri notre organisme.

Or, pour un bon fonctionnement physiologique et cérébral, les enfants TDAH ont plus besoin en particulier de :

  • Vitamines du groupe B, pour le cerveau et l’assimilation des glucides,
  • Vitamine E, pour la protection du cerveau et des cellules nerveuses,
  • Vitamine C, elle régénère la vitamine E et le glutathion (acide aminé) et est antioxydante,
  • D’oméga 3 et 6, ils ont un effet puissant sur l’humeur, la concentration et la mémoire. Ils augmentent la puissance du cerveau. L’oméga 3 augmente le taux de sérotonine, l’oméga 6 agit sur les troubles d’apprentissage, la pensée, la mémoire et l’attention.

(Néanmoins, pour aider à la concentration, une aide médicamenteuse est nécessaire, le plus souvent le Méthylphénidate (Ritaline) ou l’homéopathie avec la phytothérapie, tout dépend de l’intensité du TDAH.)

Concrètement

Mon mémoire de fin d’étude portait sur ce sujet. Toutes les mamans ayant suivi le protocole de diminution d’aliments à indice glycémique haut ont vu une amélioration sur le comportement de leurs enfants et en sont ressorties heureuses du résultat.

Afin de me rendre compte de l’alimentation des enfants atteint de TDAH, j’ai mis en place plusieurs questionnaires devant être rempli par les parents.

Ces questionnaires avaient pour but de m’aider à analyser la consommation de sucre (aliment a indice glycémique haut) et les bons nutriments ingérés par ces enfants. Le protocole a pu commencer à ce moment sur une durée d’un mois.

Sur cette période, une modification s’est faite, en procurant de bonnes répercutions sur le Trouble Déficitaire d’Attention avec Hyperactivité. Les résultats (après comparaison) ont été à la hausse. Cette amélioration pouvait aller de 1% jusqu’ 6%, en allégeant les troubles de l’hyperactivité, de l’impulsivité et surtout de l’attention.

Ces allègements comportementaux se sont traduits par une diminution des doses de Ritaline prescrits pour ces enfants, une meilleure socialisation de l’enfant, un meilleur sommeil et beaucoup moins de colère.

Preuve que l’alimentation a un effet sur le comportement d’une personne.

Conclusion

Nous pouvons vous être d’une grande aide, afin de vous guider sur une alimentation plus saine, ainsi que sur une bonne hygiène de vie au profit de votre enfant avec ou sans TDAH.

Si vous avez besoin d’aide pour gérer l’hyperactivité de votre enfant (ou de vous).

N’hésitez pas à me contacter ou à réserver une consultation